Les 100 ans de Soulages au Louvre

Une exposition inédite

En invitant le roi du noir pour une exposition personnelle, le Louvre nous incite « à penser l’art du passé à la lumière de temps présent » et orchestre un hommage exceptionnel à l'occasion des 100 ans du peintre.

A l’occasion de cette fabuleuse exposition qui mettra en valeur un ensemble de toiles provenant des plus prestigieux musées du monde, Christophe Février, président du groupe Les Manufactures Février et mécène du Louvre, a choisi de retenir l’exposition « Soulages au Louvre » le 19 décembre pour une visite privée exceptionnelle, qui a réunit 150 personnes, parmi lesquelles clients, partenaires et amis des différentes sociétés du groupe.

Il s’agit de la toute première rétrospective d'un artiste français contemporain au sein du musée du Louvre. Les seuls précédents sont ceux de Picasso et de Chagall lors de leurs quatre-vingt-dix ans. En exposant l’art contemporain au sein du plus important musée de France, l’objectif est double : renouveler et redéfinir les relations entre l’institution et les artistes vivants et redonner vie aux collections pour provoquer le dialogue entre les artistes du passé et ceux du présent.

Confronté à l'art universel

Lors de cette visite privée, les invités découvriront une rétrospective des quatre-vingts ans d’activité du peintre SOULAGES qui fêtera ses 100 ans le 24 décembre 2019. Lors de cette visite, nous allons pouvoir plonger dans l'outrenoir et redécouvrir la peinture française du XIXe.

L’exposition se tiendra dans le prestigieux Salon carré, construit par Le Vau en 1661 et traditionnellement réservé aux chefs-d’œuvre. La lumière y entre par une verrière depuis 1789 et nous permettra de découvrir des œuvres venues du musée Guggenheim, de La National Gallery de Washington ou encore de la Tate Gallery de Londres.

Nous y retrouverons les brous de noix et les goudrons sur verre de la fin des années 1940 jusqu’aux grandes peintures réalisées ces derniers mois.

Du noir à l’outrenoir

L’aventure picturale de Soulages expérimente constamment le rapport entre le noir et la lumière, mais avec l’outrenoir qui instrumentalise le reflet, l’espace et le temps de la peinture sont radicalement transformés, la dotant d’une multiplicité lumineuse totalement inédite.

Au contraire d’une œuvre monochrome, « ce sont des différences de textures, lisses, fibreuses, calmes, tendues ou agitées qui, captant ou refusant la lumière, font naître les noirs gris ou les noirs profonds ».[1]


« Le mot outrenoir, explique Pierre Soulages, permet de ne pas se limiter au phénomène optique, car voir les reflets sur une surface noire, c’est un phénomène optique. Celui-ci agit d’ailleurs sur la sensibilité, l’imaginaire de quelqu’un quand il aime un tableau. Alors j’ai trouvé qu’il fallait un autre mot que le noir lumière, que j’employais alors, et c’est à ce moment-là que j’ai pensé à outrenoir. Il s’agit de la réflexion de la lumière sur les états de surface du noir. »

L’art de Soulages nous transporte

« La peinture, c’est une chose, mais ce qui importe, c’est l’art et ce qui, dans un objet, nous transporte dans des zones de ce que nous sommes et que ne nous connaissons peut-être pas. C’est d’ailleurs ce que je pense de la peinture que je fais. Quand on parle d’une œuvre d’art, de quoi parle-t-on ? De trois éléments : de la chose que c’est, de la volonté de celui qui l’a faite et celui qui la regarde. Le spectateur fait partie de l’œuvre avec ce qu’il pense, avec ce qu’il est.. »[2]


Comme l’expliquait Marie-Laure Bernadac, responsable de l’art contemporain au musée du Louvre, « une œuvre récente apporte souvent un nouvel éclairage à une œuvre ancienne. » Ainsi, cette rétrospective exceptionnelle d’un artiste vivant répond à la problématique ancienne des institutions de transmettre leur patrimoine et le besoin croissant d’ancrer cet art ancien dans le monde contemporain.

Et pour finir, un dernier mot de l’illustre centenaire :

Qu’aimeriez-vous que l’on retienne de vous et de votre œuvre, dans l’avenir ?

Que j’ai tenté de vivre une vraie vie. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde.


Courrez voir cette exposition du 11 décembre 2019 au 9 mars 2020

Département des Peintures, Salon Carré (aile Denon, 1er étage)

Commissaires de l’exposition : Pierre Encrevé † Alfred Pacquement

Informations pratiques

Horaires : de 9h à 18h, sauf le mardi.

Nocturne mercredi et vendredi jusqu’à 22h.

Renseignements : louvre.fr

 louvre 150DPIDSC03753 DxO 2DSC00049 Nik DxO 3 2DSC00045 Nik DxO

Crédit photo © Jan Malaise

[1] Communique de presse : Soulages au Louvre, https://presse.louvre.fr/span-stylefont-size-24pxspan-stylefont-size28pxsoulages-au-louvre-span-span/

[2] Pierre Soulages : « Dans ma centième année, j’ai toujours du plaisir à peindre », Béatrice Gurrey, Le Monde, le 24 novembre 2019, https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/11/24/pierre-soulages-dans-ma-centieme-annee-j-ai-toujours-du-plaisir-a-peindre_6020305_3246.html